Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Trucs et Astuces

Comment réagir si une autre personne gronde votre enfant: 7 conseils

Comment réagir si une autre personne gronde votre enfant: 7 conseils
0
Partages
Partager sur Facebook

Quand on est parent, on a un genre de « bouton panique » qui peut se mettre en marche dans certaines situations et nous faire oublier toute rationalité.

Par exemple, lorsqu’un adulte, dans la famille, à l'école ou au parc, intervient auprès de notre enfant pour corriger son comportement. On peut voir rouge!

On peut se sentir envahi par des émotions négative, se sentir furieux… Comme un parent tigre! Cette réaction intense est normale.

Elle provient essentiellement de l'ancienne partie reptilienne de notre cerveau qui nous alerte que le danger est à nos portes. Notre rythme cardiaque augmente, les hormones inondent notre système et la « réponse de vol ou de combat » est activée.

Cependant, il est important de garder la tête froide et d'aborder la situation de manière polie et constructive.

Pour nous aider, voici 7 étapes à suivre lorsque quelqu'un discipline notre enfant sans nous demander notre avis.

1. Faire connaître notre présence

S’affirmer dans la situation change complètement la dynamique de la conversation. L’enfant se sent en sécurité et protégé car l'adulte « adverse » sent qu’il doit être plus respectueux face à quelqu'un de son âge - il ne sera pas l'autorité finale de la situation.

Une technique: 

Imiter la position et la posture  de l'autre personne. C'est ce qu'on appelle la création d'un rapport, et c'est un moyen puissant de résoudre un conflit potentiel et de paraître authentique et digne de confiance.

2. Évaluer la situation avant de réagir

La colère n'est jamais un sage conseiller, il est donc crucial de se calmer et d’aborder la situation de manière logique. On prend une pause et on rassemble des informations la situation. Il est tout à fait possible que l’enfant ait tort, qu'il ait frappé un autre enfant, qu'il ait brisé l’objet de quelqu'un, qu'il se soit mal comporté en classe, etc.

Notre impulsion est peut-être de nous en prendre à l'autre personne, mais il faut réfléchir à ce que qu’on aurait fait dans la situation si les rôles avaient été inversés.

Adobe Stock

3. Faire en sorte que l’enfant se sente compris

Toute la situation peut faire que l’enfant se sente désorienté ou effrayé. Il est important d'être patient avec lui et de lui faire sentir que ses émotions sont comprises et validées. On se penche à la hauteur de ses yeux et on lui demande d'expliquer ce qui se passe. On retient notre jugement à ce stade et on écoute son interprétation des événements.

Si l'enfant se sent compris, il est plus susceptible de comprendre ce que l’adulte a à dire et de reconsidérer son comportement à l'avenir.

Adobe Stock

4. Être direct avec l'autre adulte

Être direct avec quelqu'un est souvent synonyme d'être impoli et indifférent. Mais tourner autour du pot conduit régulièrement à plus de mal que de bien.

Il vaut mieux être franc avec l'autre personne et lui dire poliment ce qu’on pense, soit que la discipline de notre enfant est strictement notre affaire et qu’on souhaite que les autres ne s’en mêlent pas.

On peut aussi lui suggérer de considérer la situation avec les rôles inversés: comment cette personne réagirait si c’était nous qui réprimandions son enfant?

Être direct demande un certain niveau d'affirmation de soi tout en étant diplomate, calme, honnête et ouvert d'esprit sur la situation.

5. Utiliser l'humour

Quand on voit rouge, la dernière chose à laquelle on pense est de faire des blagues. Mais l'humour a une grande capacité à détendre les situations difficiles. Raconter une blague légère peut instantanément rendre les gens plus proches de nous. Cela peut aussi aider à dépouiller l'urgence et la gravité de l'événement et donner à toutes les parties impliquées une nouvelle perspective sur l'état des choses.

Bien sûr, il fut faire attention aux blagues spécifiques que l’on fait. Certains types d'humour peuvent sembler sarcastiques et rabaissants, et peuvent certainement aggraver les choses.

Adobe Stock

6. Fixer des limites

Si l'adulte en impliqué est une figure d'autorité dans la vie de l’enfant (enseignant, entraîneur, parent), il est important de fixer des limites pour éviter des situations similaires. Bien sûr, il ne s’agit pas de vouloir que l’enfant se déchaîne en classe ou sur le terrain de sport. On discute simplement pour que tous les adultes impliqués utilisent les mêmes techniques de discipline, comme celle qu’on utilise à la maison. De cette façon, on crée une vision cohérente aux yeux de l’enfant sur ce qui est bien et mal et sur la façon dont les actes répréhensibles sont punis.

7. Expliquer la situation à l’enfant

Quand la poussière retombe, il est important de discuter et de tout expliquer patiemment. Cette étape est cruciale car la façon dont on perçoit les erreurs peut avoir des effets durables sur la façon dont l’enfant aborde les gaffes et les revers.

On doit réconforter l’enfant, mais en évitant de le prendre en pitié, car cela pourrait envoyer un message préjudiciable (qu'il a tout à fait raison ou qu'il ne peut pas savoir ce qui est le mieux). On demeure ferme dans notre position et on explique calmement pourquoi ce genre  d'action est indésirable.

Par exemple: 

« Tu as pris le jouet de Jenny. Comment penses-tu que cela l'a fait se sentir? Ne ressentirais-tu pas la même chose si elle prenait ton jouet préféré ? »

Adobe Stock

Quand un  adulte peut-il discipliner l’enfant d’un autre?

En tant que parent, il est de notre devoir d'apprendre à nos enfants à respecter l'autorité et à se comporter conformément aux normes sociales acceptées. Il doit réaliser qu’ils font  partie d'une communauté (classe, équipe sportive, terrain de jeu) et se rendre compte qu'il y a des personnes en charge de ces groupes. Ainsi, par exemple, lorsque l’enfant se comporte mal en classe, l'enseignant a le droit de le signaler et de dire pourquoi ces types d'actions sont indésirables.

Cependant, traiter les enfants avec colère a de graves répercussions. Crier après un enfant peut réduire son estime de soi, favoriser l'anxiété et briser la confiance entre les parties.

C'est le travail des adultes de trouver un terrain d'entente avec nos enfants et de les traiter avec le respect et la patience qu'ils méritent.

Adobe Stock

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans une situation similaire ? Quelle a été votre réaction et quel a été le résultat?

Source: Bright Side · Crédit Photo: Adobe Stock

Nos plus populaires ...