Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Trucs et Astuces

COVID-19: qu’est-ce qui est permis ou non pour les familles québécoises en cette période de pandémie?

COVID-19: qu’est-ce qui est permis ou non pour les familles québécoises en cette période de pandémie?
0
Partages
Partager sur Facebook

Les familles québécoises font face actuellement à une situation tout à fait exceptionnelle à cause de la pandémie de la maladie à coronavirus. Les gens sont isolés dans leur demeure. Les écoles et les services de garde sont fermés, certains parents n’ont plus d’emploi ou oeuvre en télétravail alors que d’autres sont des professionnels des services essentiels.

Le gouvernement québécois met à jour les informations et consignes reliées à cette situation au jour le jour et tout le monde ne comprend pas nécessairement la même chose en scrutant les médias. Qu’est-il encore permis de faire et qu’est-ce qui est interdit en ce moment sur notre territoire?

Voici des réponses à des questions fréquentes. Veuillez toutefois noter que, selon l'évolution de la situation et les décisions des autorités en place, les informations pourraient devoir être mises à jour au fil du temps.

1. Qu’est-ce qu’un rassemblement?

On sait que les rassemblements sont en ce moment prohibés. Mais quelle est la définition exacte de la notion rassemblement?

C’est une réunion de deux personnes ou plus, qui exclut les gens d’une même famille. Famille désignant ici les occupants d’une résidence privée et qui vivent sous le même toit, ce qui inclue les familles recomposées en garde partagée.

Tout rassemblement intérieur et extérieur est en ce moment interdit, dans le but de réduire le plus possible les risques de propagation du virus. 

On met donc un « stop » aux réunions professionnelles, soupers et 5 à 7, fêtes d’anniversaires, etc. 

« Les gens d’une même famille peuvent se rassembler à l’intérieur ou à l’extérieur de chez eux, mais ils ne peuvent pas recevoir qui que ce soit ni se rendre dans une autre maison », a illustré la Dre Catherine Dea, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive.

Le gouvernement Legault a adopté le décret interdisant tout rassemblement intérieur et extérieur dans le cadre de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, le 20 mars 2020.

2. Un enfant peut-il inviter un ami à la maison ou aller jouer chez lui?

Même si cela brise le coeur des parents, il ne faut pas laisser les enfants fréquenter le petit voisin.  

La Dre Dea mentionne qu' « il s’agit d’un message important: c’est chacun chez soi afin de diminuer le plus possible les risques de contagion ».

On n’invite personne non plus à souper chez soi avec deux ou trois personnes.  Même quand personne ne rentre de voyage ou ne présente de symptômes de la maladie à coronavirus. Ce genre de souper est considéré comme un rassemblement intérieur, qui sont, comme mentionné ci-haut, interdit actuellement dans la province de Québec.

Rappelons que l’on peut être porteur du virus en ayant très peu de symptômes (légère toux, congestion, mal de gorge, etc.) et que le virus est  plus contagieux en début de maladie.

3. Peut-on prendre des marches avec les enfants?

Oui et les autorités de santé publique le conseillent fortement. « C’est bon pour le moral et ça aide à tenir le coup, surtout quand on a des enfants », mentionne Dre Catherine Dea. 

Par contre, on doit être vigilants et respecter les consignes de distanciation sociale. Cela veut dire que lorsqu’on croise des gens, on doit se ternir en tout temps à deux mètres d’eux (6,5 pieds).

Mais si on présente des symptômes liés à la COVID-19 (toux, mal de gorge, congestion, fièvre), on ne doit pas sortir. 

Les gens qui sont revenus de voyage depuis moins de 14 jours, quant à eux, peuvent aller marcher à l’extérieur s’ils n’ont aucun symptôme et qu’ils respectent les deux mètres de distance physique.

Cependant, ils ne peuvent pas se présenter dans les commerces.

On rappelle que ces consignes excluent les membres d’une même famille. Donc une famille qui marche ensemble n’a pas à respecter la règle du deux mètres.

4. En quoi la règle du deux mètres de distance est-elle si importante?

La COVID-19 se transmettant par les gouttelettes projetées par une personne porteuse du virus quand elle tousse ou éternue. 

« On a évalué que la distance de projection des gouttelettes est de deux mètres et moins. C’est pourquoi il est recommandé de toujours conserver une distance de deux mètres », a expliqué la Dre Catherine Dea à Naitre et grandir.

Mais ce type de coronavirus ne reste pas dans l’air (donc pas de transmission aérienne) comme pour la tuberculose ou la rougeole.

5. Quelles sont les autres mesures à prendre quand on sort à l’extérieur?

On le répète partout: il faut se laver les mains avant de sortir de la maison et les relaver en rentrant. 

C’est la mesure la plus efficace pour limiter la propagation du virus. 

De plus, on doit éviter les contacts directs avec les autres, ne pas se toucher le visage.

Adobe Stock

6. Pourquoi les aires et les modules de jeux sont-ils fermés?

Le 22 mars 2020, le gouvernement a émis un décret interdisant tout rassemblement intérieur et extérieur. Donc, on ne peut pas se rassembler au parc de jeux non plus.

« On veut éviter le plus possible les contacts directs afin de limiter la contagion. Il y a aussi une possibilité de contracter le virus par contact indirect, par exemple en touchant un objet contaminé. Ce n’est pas la voie principale de transmission de la COVID-19, mais les études démontrent que le virus peut rester plusieurs heures, et même plus de vingt-quatre heures, sur certaines surfaces. Puisqu’il est impossible de désinfecter adéquatement et régulièrement tous les modules de jeux de l’ensemble des parcs, ils ont été fermés par mesure de prudence », a indiqué la Dre Catherine Dea à Naitre et grandir.

7. Quelles règles faut-il respecter lorsqu’on a une famille recomposée et comment gérer la garde partagée?

Chacune des familles impliquées doit suivre les mêmes consignes et recommandations données à la population en général, soit demeurer à la maison en tout temps (sauf pour les courses à l’épicerie ou à la pharmacie, ou pour aller prendre l’air), respecter la distanciation sociale de deux mètres) et se laver les mains fréquemment.

L’enfant peut encore voir ses deux parents, d’après l’horaire de garde partagée établi. « On n’est pas rendu à interdire la garde partagée. Par contre, si l’un des membres de l’une des familles développe des symptômes, même s’ils sont très légers, l’enfant ne devrait plus se promener d’une maison à l’autre. On saute alors la garde, le temps que tous les symptômes soient disparus », a expliqué la Dre Dea.

Le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec, a fait valoir lors d’un point de presse qu’il est important que les parents communiquent entre eux sur ce qui se passe et qu’ils suivent les mêmes pratiques. « C’est une question de jugement. Et c’est une question que les parents doivent gérer entre eux. Il n’y a pas de recette miracle », a-t-il dit.

Il est important de demeurer très vigilant et de surveiller l’apparition de symptômes liés à la COVID-19 (toux, mal de gorge, congestion, fièvre, fatigue). Il faut agir rapidement afin de protéger les membres des deux familles. Souvenons-nous que la période de contagiosité est importante quand les symptômes sont légers ».

8. Les ex-conjoints qui ne vivent pas dans la même région peuvent-il garder le même horaire de garde?

Oui, même si les autorités recommandent de limiter les déplacements pour réduire les risques de propagation du virus au maximum. Un parent séparé peut déposer son enfant chez son autre parent, en respectant les consignes établies pour toute la population.

Source: Naitre et Grandir · Crédit Photo: Adobe Stock

Nos plus populaires ...