Des thérapeutes révèlent ce que leurs patients hésitent à leur dire alors qu’ils entendent ce genre de choses quotidiennement

Malgré ce qu’on peut penser parfois, on n’est jamais la seule personne à vivre une situation ou une émotion…

Trucs et Bricolages

Consulter un thérapeute signifie qu’on peut se confier à un tiers sans être jugé. Cependant, plusieurs patients craignent de se confier totalement. Et ce qu’ils hésitent à révéler est souvent la même chose que ce que le patient avant ou après eux ne veut pas non plus raconter.. Les humains se ressemblent plus qu’on ne le pense!

Peu importe ce que vous avez tendance à cacher même à votre psy,  sachez que vous n'êtes probablement pas seul.e. Dans un récent fil Reddit, des thérapeutes ont partagé certaines des choses que leurs patients étaient réticents à leur dire, même s'ils entendent des histoires similaires tout le temps. En voici quelques-unes:

1. Le fait d’avoir des pensées intrusives

« Presque tout le monde pense à pousser la vieille dame dans la rame de métro, à faire une embardée dans la circulation opposée ou à poignarder son être cher dans l'estomac pendant qu'il prépare le dîner avec lui. Certaines personnes, cependant, prennent ces pensées très au sérieux et pensent qu'elles pourraient les mettre en pratique. C'est ce qu'on appelle la fusion pensée-action. Cependant, la plupart d'entre nous sont capables de les éliminer » a écrit un thérapeute.


2. Croire que quelque chose ne va pas chez soi-même

« Je dirais que l'une d'entre elles est de croire qu'il y a quelque chose qui ne va pas de façon innée et irréparable chez eux qui les rend incapables de vraiment s'intégrer. Pour beaucoup de gens, c'est une croyance si profondément enracinée qu'il peut être extrêmement douloureux de reconnaître ou d'exprimer, quel que soit le niveau de réussite personnelle dans leur vie », a expliqué un autre.

3. Ne pas savoir ce qu’on aime faire

« Souvent, ils ont des gens dans leur vie, y compris des thérapeutes, qui leur disent « eEssayez de faire quelque chose d'amusant aujourd'hui » ou demandent « Qu'aimez-vous faire quand vous avez du temps libre ? ». Beaucoup de gens avec qui je travaille ne savent pas ce que c'est", a partagé un pro.

4. Ne pas être capable d'être soi-même véritablement

« J’ai entendu les variantes de «  C'est probablement bizarre, mais j'ai l'impression que si je suis moi-même avec les autres, ils ne m'aimeront pas » plus de fois que je ne peux compter », a dit un thérapeute.

5. Ne pas savoir pourquoi on est comme on est

« Une chose courante à l'époque où j'étais thérapeute était simplement « Je ne sais pas ». Vous seriez surpris de voir à quel point les gens sont réticents à admettre qu'ils ne savent pas pourquoi ils ressentent ce qu'ils sont. Mais c'est exactement pourquoi vous êtes (ou étiez, je ne suis plus thérapeute) assis là avec moi ; afin que nous puissions comprendre pourquoi ensemble », a confié un ancien professionnel du domaine.

6. Les rechutes

« Les adolescents sont extrêmement anxieux de me dire s'ils ont rechuté ou s'ils ne vont pas bien. Qu’ils se sont coupé une nuit ou ils étaient suicidaires (par exemple). Ils ont beaucoup d'autosuggestions négatives ou d'attaques de panique. Ils entreront en prétendant que tout va bien. C'est généralement dans les 10 à 15 dernières minutes qu'ils disent quelque chose. Ils révéleront qu'ils craignaient de me laisser tomber. Que je serais déçu par eux. Cela se transforme généralement en une discussion sur le contrôle des sentiments des autres et la tolérance des émotions. J'explique que je me soucie de leur bien-être et que c'est mon travail de surveiller mes émotions et mes réactions, pas leur rôle.

7. Ne pas aimer sa famille

« Qu'ils n'aiment pas les membres de leur famille, qu'ils sont en colère/veulent arrêter la communication avec leurs parents, etc », a écrit un thérapeute.

8. Souffrir d’un épuisement parental

« Les femmes ont souvent vraiment honte lorsqu'elles me disent qu'elles sont épuisées d'être parents ou qu'elles ne veulent jamais avoir d'enfants. Je souhaite que tous sachent à quel point cette pensée est courante » a mentionné un psy.

9.Avouer des actions commises dans la jeunesse

« Certaines personnes ont honte de ce qu'elles ont fait dans leur enfance ou leur adolescence, ne l'ont jamais dit à personne et pensent que l'équipe sera horrifiée. Nous avons tout entendu. Tout. Je suis toujours compatissant et je comprends toujours pourquoi nous faisons les choses que nous faisons. Je n'ai encore personne qui m'apporte quelque chose que je ne peux pas recevoir », a confié un des thérapeutes de cette liste.

10. Le fait de souffrir d’un TOC

« Le TOC est souvent mal compris. Il ne s'agit pas seulement d'avoir une maison propre ou d'aimer que les choses soient organisées. Les pensées intrusives courantes peuvent inclure des pensées violentes de faire du mal à des enfants et à d'autres êtres chers, des pensées intrusives d'agresser des enfants, la peur d'être un tueur en série, etc. Mes clients peuvent ressentir beaucoup de honte lorsqu'ils discutent de ces pensées ou craignent que je les hospitalise », a mentionné un psy.

11.  Le fait d’entendre des voix

"J'ai découvert que beaucoup de gens ne sont pas familiers avec leur propre dialogue interne ou leur propre discours interne et qu'il s'agit généralement d'un traitement interne "normal". Beaucoup de gens pensent qu'ils « entendent des voix » et qu'ils hallucinent. Il y a des questions assez simples que nous pouvons poser pour déterminer si c'est hallucinatoire ou juste un dialogue interne, et le plus souvent c'est ce dernier », a expliqué un des pros.

12. Ressentir de la culpabilité suite à des abus sexuels

«Beaucoup, et je veux dire BEAUCOUP, de personnes qui ont subi des abus sexuels se sentent très coupables pour une myriade de raisons qui ne sont pas de leur faute. Coupable d'avoir « attiré l'attention. Coupable de ne pas avoir parlé. Coupable d'avoir aimé être « vu » par quelqu'un. Coupable d'avoir pris plaisir à leur abus. Tous ces sentiments sont communs et traités en thérapie. Mais c'est tellement difficile pour les gens d'en discuter », a écrit un thérapeute du groupe.

13. Le fait de ne pas  « progresser » 

« Les clients ont assez peur d'admettre qu'ils n'ont pas réussi depuis la dernière fois qu'ils ont eu une session. Cela pourrait inclure de ne pas réussir à utiliser une compétence d'adaptation qu'ils apprennent, ou de ne pas être en mesure de terminer un devoir que je leur ai donné. Les humains ne sont pas des robots, et la thérapie demande beaucoup de travail », a expliqué quelqu’un.