Les 10 voitures qu’il ne faudrait pas acheter

Une auto est un achat important; il vaut mieux être prudent avant de signer!

Trucs et Bricolages

Quand on veut acquérir un nouveau véhicule, on y va souvent par un coup de coeur, ou selon les alléchantes options de paiement. Cependant, on peut se créer des problèmes en optant pout certains modèles.

Voici une liste des voitures à éviter, selon des experts.

1. Acura IILX

À partir d’une Honda Civic, Acura a tenté de lancer une berline de luxe, mais la Civic de neuvième génération n’est pas la championne de sa famille et n’était pas la base adéquate pour un auto haut-de-gamme.

C’est ainsi que l’ILX a hérité de la quasi-totalité des défauts de la Civic en question, allant des finitions simplistes peu améliorées à une insonorisation minimale et une expérience de conduite banale.

Ses concepteurs ont remplacé le 1.8 de 140 chevaux par un 2.0 de 150 chevaux, mais ils ont conservé la transmission automatique à cinq vitesses.

2. BMW Série 5 GT

La Série 5 GT était en fait issue de la dernière génération de la Série 7 (F01/F02). Cependant,  au lieu d'offrir une berline sobre et élégante, on a créé une sorte de renflement au résultat esthétique malheureux, avec  une double ouverture qui n'était pas aussi utile qu'il y paraissait.

Cette voiture coûte une fortune à l’achat et à l’entretien… en plus de ne ressembler à « rien »…

3. BAIC BJ40

Lors du lancement de ce véhicule, certains médias ont affirmé que Jeep et BAIC avaient développé ensemble ce tout-terrain. En réalité, BAIC copie vilainement un Wrangler pour  le revendre moins cher.

Un manque de stabilité et un freinage terribles, un vieux moteur turbo hérité de Saab qui accélère peu mais consomme beaucoup et coûte assez pour acheter un vrai Wrangler… On se tient loin de cette automobile!

4. Chrysler 200 cabriolet

Si la 200 d'avant 2014 n'était pas une berline extraordinaire, même si Chrysler a fait l'effort d'améliorer son design et son intérieur  après la faillite. Il ne fait rien attendre  rien de bon d'une version cabriolet qui l'a fait exploser structurellement, prenant de la place et l'alourdissait.

5. Ford Powershift

Cette auto est compétitive, bien conçue et est dotée d’un bon équipement et d’une bonne maniabilité. Cependant, une transmission automatique à double embrayage qui semblait être un argument innovant s'est avérée être un composant à moitié développé qui a entraîné des problèmes et des milliers de réclamations au titre de la garantie. 

La réputation de Ford a été affectée, de nombreux clients se sont enfuis et beaucoup d'autres ont été contrariés.

L'Ecosport et le Figo ont également eu cette transmission dans le passé, remplacée par une automatique conventionnelle dans leurs offres actuelles pour assurer la fiabilité.

7. Infiniti QX60 hybride

En soi, le QX60 conventionnel a trop de mal à se différencier d'un Pathfinder pour justifier un qu’on le place dans la catégorie « de luxe ». Et le scénario se dégrade dans sa version hybride, qui utilise un ensemble ingénieux qui remplace le V6 par un 2.5 suralimenté, intègre l'obligatoire moteur électrique et maintient la boîte CVT, mais dont la consommation ne change pratiquement pas.

C'est une hybride qui n'aime pas fonctionner comme une hybride et au final, son efficacité ne la différencie pas tellement de la variante plus raffinée avec le moteur six cylindres 3.5 bien connu qui a comme avantage d’être aussi mécaniquement plus simple et bouge beaucoup mieux.

8. Nissan pathfinder

L'évolution de l'un des Nissan les plus appréciés n'était rien de plus que la réponse à un marché qui ne cessait de demander des « camions », mais pas des VUS.

Les gens voulaient  un bon espace confortable, mais sans les préjugés associés aux fourgonnettes.

Ainsi, le Pathfinder a été renouvelé, mais il a aussi été victime d'économies dans ses finitions, son insonorisation et sa tenue de route qui n'étaient même pas au niveau de ses rivaux américains.

10. Toyota Avanza

Elle avait pour objectif de devenir une voiture économique pour sept passagers, étant à l'époque la seule sur le marché avec cet espace pour un prix similaire à celui d'une sous-compacte , bien que sa base mécanique restait une promesse.

Avec un moteur de seulement 102 ch et une boîte de vitesses à quatre rapports, trop de manœuvres de dépassement faciles dans n'importe quelle autre voiture deviennent compliquées et, bien qu'elle ait sept places, il est presque impossible de les occuper toutes en même temps.