Trucs et Astuces : Une étude de l’université Harvard démontre les dangers de la scolarisation précoce
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Une étude de l’université Harvard démontre les dangers de la scolarisation précoce

Faire commencer l’école tôt à nos enfants ne serait pas la meilleure option.

Publié le par Trucs et Bricolages dans Trucs et Astuces
Partager sur Facebook
1,269 1.3k Partages

Ces temps-ci au Québec, on parle beaucoup de l’implantation de maternelles 4 ans. Dans certains pays, les enfants commencent « l’école » encore plus tôt.

Est-ce une fausse bonne idée de vouloir changer l’âge de l’entrée à l’école?

Kerry McDonald, titulaire d'un B.A. en économie de Bowdoin et un M.Ed. en politique d'éducation de Harvard, mère de quatre enfants et auteure du livre Déscolarisé: Élever des enfants curieux et bien éduqués en dehors de la salle de classe conventionnelle, a partagé ses réflexions sur la questions sur le site de la Foundation for Economic Education. Il faut noter que son propos est teinté de la réalité américaine, mais il porte à réfléchir un peu partout.  En voici une traduction libre.

Chaque parent connait la différence d’une année sur le développement et la maturité d’un jeune enfant. Un enfant d'un an marche à peine, tandis qu'un enfant de deux ans s'éloigne joyeusement de vous. Un enfant de quatre ans est toujours en mouvement, en train d'imaginer, se demandant toujours pourquoi, alors qu'un enfant de cinq ans peut commencer à s'asseoir et à écouter pendant de plus longues périodes.

Les enfants n’ont pas changé, mais nos attentes concernant leur comportement ont changé. En une génération à peine, les enfants vont à l'école de plus en plus jeunes et passent plus de temps à l'école que jamais auparavant. Ils sont de plus en plus obligés d’apprendre très tôt un contenu académique pouvant dépasser de loin leurs capacités de développement.

Adobe

En 1998, 31% des enseignants s'attendaient à ce que les enfants apprennent à lire à la maternelle. En 2010, 80% des enseignants s'y attendaient. Maintenant, les enfants sont censés lire à la maternelle et devenir des lecteurs compétents peu de temps après, malgré des recherches montrant que pousser à l’alphabétisation précoce peut faire plus de mal que de bien.

Dans leur rapport intitulé Lire à la maternelle: peu à gagner et beaucoup à perdre. Nancy Carlsson-Paige, professeure en éducation et ses collègues, mettent en garde contre les risques liés à l'apprentissage précoce de la lecture. Ils écrivent,

Lorsque les enfants ont des expériences éducatives qui ne sont pas adaptées à leur niveau de développement ni à leurs besoins d'apprentissage et à leur culture, cela peut leur être très préjudiciable, y compris des sentiments d'inadéquation, d'anxiété et de confusion.

Au lieu de reconnaître que la scolarisation est le problème, nous accusons les enfants. Aujourd'hui, les enfants qui ne lisent pas selon un paramètre artificiel sont régulièrement étiquetés avec un retard de lecture et on prescrit diverses interventions pour les aider à rattraper leur retard. À l'école, tout doit être pareil. S'ils n'écoutent pas l'enseignant et passent trop de temps à rêvasser ou à se tortiller à leur place, les jeunes enfants portent souvent l'étiquette «Trouble de déficit de l'attention / hyperactivité (TDAH)) et reçoivent fréquemment des médicaments psychotropes puissants.

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) signalent qu'environ 11% des enfants âgés de 4 à 17 ans ont reçu un diagnostic de TDAH, et que ce nombre a augmenté de 42% entre 2003-2004 et 2011-2012, une majorité d'entre eux étant placés sur les médicaments. Peut-être plus troublant encore, un tiers de ces diagnostics concernent des enfants de moins de six ans.

Adobe

Il ne faut pas s'étonner que, si nous plaçons les jeunes enfants dans des environnements d'apprentissage artificiels, séparés de leur famille pendant de longues périodes, et que nous attendons d'eux qu'ils se conforment à un programme d'études normalisé et basé sur des tests, ce sera beaucoup trop pour beaucoup d'entre eux.

De nouvelles découvertes effectuées par des chercheurs de la Harvard Medical School confirment que ce ne sont pas les enfants qui échouent, mais les écoles dans lesquelles nous les plaçons trop tôt. Ces chercheurs ont découvert que les enfants qui entrent à l’école parmi les plus jeunes de leur classe ont beaucoup plus de chances d’obtenir un diagnostic de TDAH que les enfants plus âgés de leur classe. En fait, pour les États américains étudiés avec une date limite d'inscription au 1er septembre, les enfants nés en août avaient 30% plus de risques de souffrir du TDAH que leurs pairs plus âgés.

Timothy Layton, chercheur principal de l'étude à Harvard, conclut: «Nos résultats suggèrent la possibilité qu'un grand nombre d'enfants soient sur-diagnostiqués et sur-traités pour le TDAH parce qu'ils sont relativement immatures par rapport à leurs camarades plus âgés au cours des premières années d'école primaire».

Adobe

Cela ne devrait pas surprendre…

Les parents n’ont pas besoin des chercheurs de Harvard pour leur dire qu’un enfant qui vient d’avoir cinq ans est très différent du point de vue du développement d’un enfant qui a six ans. Au lieu de cela, les parents doivent avoir les moyens de contester les motivations et les mandats des gouvernements en matière de scolarisation et de ne pas participer.

À mesure que les programmes préscolaires universels du gouvernement gagnent du terrain, il peut être de plus en plus difficile pour les parents de retarder leur scolarité ou de ne pas y participer pleinement. L’Iowa, par exemple, a récemment réduit son âge de scolarité obligatoire aux enfants de quatre ans inscrits à un programme gouvernemental préscolaire.

Alors que la ville de New York étend son programme universel pré-maternelle à tous ses enfants de trois ans, les lois relatives à la scolarisation obligatoire des enfants d’âge préscolaire seront-elles respectées? Le département de l'éducation de la ville de New York a publié un livre blanc décrivant en détail «un système de soins et d'éducation de la petite à la cinquième année», donnant plus de pouvoirs aux responsables gouvernementaux pour diriger l'apprentissage et le développement de la petite enfance.

Adobe

Au fur et à mesure que la scolarisation devient plus rigide et prend plus de temps durant l’enfance, elle cause de plus en plus de préjudices aux enfants. Nombre d'entre eux sont incapables de répondre à des attentes irréalistes sur le plan académique et comportemental à un âge aussi jeune, et on leur attribue des médicaments et des médicaments pour les retards et les troubles qui n'existent souvent que dans un contexte scolaire. Les parents devraient s'opposer à cette tendance alarmante en conservant leurs enfants plus longtemps ou en se retirant complètement de l'école forcée.

Partager sur Facebook
1,269 1.3k Partages
Sauvegarder sur Pinterest

Source: FEE
Crédit Photo: Adobe Stock