Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Trucs et Astuces

Une étude nous révèle que les étés canadiens pourraient durer près de la moitié de l'année dans l’avenir

Une étude nous révèle que les étés canadiens pourraient durer près de la moitié de l'année dans l’avenir
0
Partages
Partager sur Facebook

D’après une étude qui a été publiée dans la revue Geophysical Research Letters, les étés dans l'hémisphère nord pourraient s’allonger dans le futur et durer presque la moitié de l'année.

Cette étude affirme que, si des mesures ne sont pas prises pour lutter contre le changement climatique, d'ici 2100, les étés dans l'hémisphère nord pourraient avoir une durée de six mois, ce qui aura des impacts considérables sur l'agriculture, la santé humaine, ainsi que sur l'environnement.

Les chercheurs qui sont à l'origine de l'étude en Chine ont noté que les quatre saisons sont arrivées selon un schéma prévisible et assez uniforme dans l'hémisphère nord au cours des années 1950.

Le changement climatique entraîne désormais des changements dramatiques et irréguliers dans la durée et les dates de début des saisons, qui pourraient devenir plus extrêmes à l'avenir dans un scénario climatique inchangé, ont-ils déclaré.

«Les étés sont de plus en plus longs et chauds, tandis que les hivers sont de plus en plus courts et plus chauds en raison du réchauffement climatique», a déclaré Yuping Guan, océanographe physique au State Key Laboratory for Tropical Oceanography, South China Sea Oceanology Institute, Chinese Academy of Sciences et auteur principal de la nouvelle étude dans Geophysical Research Letters.

La recherche a révélé qu'en moyenne, l'été est passé de 78 à 95 jours entre 1952 et 2011, alors que l'hiver s’est réduit de trois jours, passant de 76 à 73 jours. Le printemps et l'automne ont rapetissé, passant respectivement de 124 à 115 jours et de 87 à 82 jours.

Cela veut dire que le printemps et l'été commencent plus tôt et que l'automne et l'hiver commencent plus tard. 

Adobe Stock

Les régions qui ont connu les plus grands changements dans leurs cycles saisonniers sont la région méditerranéenne et le plateau tibétain.

« De nombreuses études ont déjà montré que les changements saisonniers entraînent des risques importants pour la santé et l'environnement », a déclaré Guan. 

Ainsi, les oiseaux modifient leurs schémas de migration et les plantes émergent et fleurissent à des moments différents.

« Ces changements phénologiques peuvent créer des inadéquations entre les animaux et leurs sources de nourriture, perturbant les communautés écologiques.Un été plus long et plus chaud verra des événements de haute température plus fréquents et intensifiés: vagues de chaleur et incendies de forêt. De plus, des hivers plus courts et plus chauds peuvent provoquer une instabilité entraînant des houles froides et des tempêtes hivernales », a-t-il ajouté.

Si on ne fait rien pour atténuer le changement climatique, les scientifiques prédisent que, d'ici 2100, l'hiver durera moins de deux mois et que les saisons de transition du printemps et de l'automne se rétréciront encore davantage.

Nous ne verrons peut-être pas cette époque, mais nos enfants et petits-enfants, oui…

Source: Q'PASA · Crédit Photo: Adobe Stock

Nos plus populaires ...