Trucs et Astuces : Une étude révèle que les discussions que vous avez aujourd’hui avec vos enfants porteront leurs fruits dans 10 ans!
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Une étude révèle que les discussions que vous avez aujourd’hui avec vos enfants porteront leurs fruits dans 10 ans!

C'est donc une bonne idée de laisser tomber les “gagagougou” pour écouter et parler à votre tout-petit!

Publié le par Trucs et Bricolages dans Trucs et Astuces
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Attention, les parents! Même si vous êtes épuisés,  essayez d'avoir une conversation avec votre tout-petit la prochaine fois qu’il émettra des bruits étranges ou à vous parler de Pat Patrouille! En effet, cela pourrait faire une grande différence plus tard, selon des chercheurs.

Une étude publiée cette semaine dans Pediatrics a révélé que les enfants dont les parents passent beaucoup de temps à les écouter et à discuter avec eux sont plus susceptibles d’avoir de meilleures compétences linguistiques et un QI plus élevé dix ans plus tard que les jeunes laissés en suspens, en silence.

« Si vous saviez que les enfants nourris avec un certain régime alimentaire à l'âge de deux ans sont non seulement beaucoup plus en santé, mais beaucoup plus susceptibles d'avoir un poids santé à l'âge de 12 ans, vous voudrez bien poursuivre sur ces résultats », demande Jill Gilkerson, auteure de l’étude et directrice principale de la recherche et de l'évaluation à la Fondation LENA, une organisation caritative à but non lucratif établie à Boulder, au Colorado.

Selon elle, les conversations sont un régime équilvalent, une nourriture pour le cerveau.

source: Adobe Stock

Pour en arriver à ce constat, les chercheurs ont analysé plus de 9 000 heures d’enregistrements témoignant d’une journée dans la vie de  146 enfants de la région de Denver et étant âgés de deux mois à quatre ans et leurs parents. Les enfants ont passé des tests de suivi de leurs compétences langagières et cognitives, telles que la mémoire de travail et le raisonnement, entre 9 et 14 ans.

Les familles ont été invitées à fournir des enregistrements audio d'une journée pendant six mois. Le parent plaçaient un dispositif d’enregistrement dans un gilet porté par leur enfant. Le logiciel a été programmé pour compter automatiquement les vocalisations et la stimulation verbale des enfants et de leur mère ou de leur père.

Les scientifiques ont mesuré le ton de la conversation. Par exemple si un parent disait quelque chose et que l'enfant répondait par un mot, un babillage ou un bruit dans les cinq secondes, ou par une vocalisation de l'enfant à laquelle le parent répondait dans les cinq secondes.

Jill Gilkerson a déclaré que son équipe a découvert que le développement du cerveau était plus important que la simple exposition à des mots.

L'étude indique également que les discussions fréquentes avec les tout-petits représentent jusqu'à 27% de leurs meilleures performances en compréhension verbale, une décennie plus tard, après avoir pris en compte les facteurs socio-économiques.

«Je ne peux pas m'empêcher d'être stupéfaite.Nous nous attendions à voir des corrélations basées sur la recherche précédente avec des enfants plus jeunes, mais nous ne pouvons nous empêcher d'être étonnés que les mesures de langage automatisées collectées à 18 mois permettent de prédire quoi que ce soit 10 ans plus tard. Ce n'est rien de moins que remarquable, à mon avis », a déclaré la chercheuse.

Mentionnons que la période de 18 à 24 mois est souvent appelée « explosion de langue ».

C’est pourquoi les médecins américains et canadiens encouragent l’alphabétisation précoce des familles ayant des enfants de moins de cinq ans. Des études antérieures suggèrent que le développement du cerveau d'un enfant est extrêmement rentable.

source: Adobe Stock

Par exemple, le programme Reach Out and Read est né aux États-Unis et s’est depuis étendu à certaines communautés de la région du grand Toronto.

Lors des examens, les médecins de famille ou les pédiatres participants regardent leur petit patient tourner les pages d'un livre, pour évaluer ses capacités motrices et vérifier comment ses yeux se suivent. Ensuite, le médecin pourra peut-être lire à haute voix à l'enfant pour lui montrer comment les conversations aller-retour peuvent fonctionner.

Avant que les familles entrent dans la salle d’examen, un commis distribue des livres dans la salle d’attente et une infirmière parle aux parents des ressources et des experts à proximité pour soutenir l'alphabétisation, en fournissant par exemple une carte des bibliothèques locales.

« Parler à votre enfant d'une manière réciproque et conversationnelle dès le plus jeune âge peut améliorer à la fois son développement langagier et ses capacités cognitives », a déclaré la Dre Laurie Green, médecin de famille du St. Michael's Hospital, qui a contribué à la mise en place du programme à Toronto.

« Il est important que les médecins, qui consultent régulièrement ce groupe d'âge pour des bilans de santé et des vaccinations, soutiennent cela dans leurs pratiques, notamment en fournissant des informations sur les ressources aux familles pour les petites années, des conseils et des livres pour la construction d'une bibliothèque à domicile ».

La Dre Green prévient que l'étude incluait un petit nombre de familles diverses et de familles à statut socio-économique bas, ce qui limite la possibilité de généraliser les résultats.

D'autres facteurs liés aux résultats linguistiques d'un enfant, tels que le statut socio-économique de sa famille, ne sont pas aussi facilement modifiés. Mais les nouvelles découvertes suggèrent qu’il est possible d’aider les parents et les éducateurs à comprendre l’importance des conversations et de leur donner les outils pour les intégrer dans leur quotidien aux enfants, ce qui pourrait avoir des avantages importants à long terme, a déclaré Gilkerson.

Une étude antérieure d'études internationales portant sur des familles d'origines diverses a également montré que les enfants inscrits à des programmes de lecture avaient de meilleures compétences et comportements sociaux et affectifs, ainsi que des capacités de lecture supérieures à celles des enfants assignés au hasard à des groupes témoins.

Selon le Conference Board of Canada, environ quatre adultes canadiens sur dix ont des compétences en alphabétisme insuffisantes pour être pleinement compétents dans l'économie moderne.

Partager sur Facebook
0 0 Partages
Sauvegarder sur Pinterest

Source: CBC News
Crédit Photo: Adobe Stock